livres-sans-chroniques

Ces livres qui n’ont pas mérité de chronique selon moi..

L’année où je t’ai perdu de Emily Martin: Harper est la spécialiste des grosses bourdes. On peut même dire qu’elle y excelle ! L’année passée, elle s’est faite virer de son équipe de natation, a gagné la réputation de la pire garce du lycée, puis est devenue le mouton noir officiel de sa famille. Mais sa pire erreur est sans doute d’avoir perdu son meilleur ami, Declan. Après six mois d’absence et de silence, Declan revient dans leur ville natale pour y passer l’été. Tout chez lui semble différent : il est plus grand, plus fort, et surtout plus séduisant que jamais… Harper aussi a changé, surtout depuis qu’on a diagnostiqué un cancer à sa mère. Declan ne veut plus avoir affaire à Harper. Pourtant, il est le seul à qui elle aurait voulu se confier. Mais alors que le destin les rapproche à nouveau, ils devront décider ce qu’ils peuvent sauver dans leur histoire…

Malgré le fait qu’il se lise facilement, ce livre n’a pas été un coup de cœur. C’est une lecture fraîche qui sens bon l’été mais il m’a manqué un petit quelque chose qui le rendrais spécial. De plus, je ne me suis pas attaché aux personnages.

La vérité sur Alice de Jennifer Mathieu: « Les gens ne deviennent pas méchants et vicieux du jour au lendemain. Mais laissez leur un temps d’adaptation, et ils seront capables du pire. » Au lycée de Healy, la vérité est une question de point de vue. Alice Franklin est une traînée. Tout le monde le sait. C’est forcément vrai puisque c’est écrit partout sur les murs des toilettes. On dit qu’elle a couché avec deux garçons d’affilée et qu’elle a provoqué la mort de l’un d’entre eux. Tout le monde a sa vérité sur Alice : son ancienne meilleure amie, l’entourage de la victime, son admirateur secret… Quelle sera la votre ?

Ma première grosse déception de l’année. Je m’attendais à un livre plus accrocheur, plus poignant et bien… pas du tout. J’ai eu du mal à rentrer dedans et je me suis même ennuyé à certains moments. Par contre, j’ai trouvé très originale de lire l’histoire du point de vue des personnes de l’entourage d’Alice. Seul le dernier chapitre est du point de vue de la jeune fille.

Au bout de la peur de Khoeti Zan: À 18 ans, Sarah est kidnappée avec sa meilleure amie, Jennifer. Avec deux autres jeunes filles, elles passeront trois ans enfermées et torturées dans une cave. Jennifer n’y survivra pas. Dix ans plus tard, Sarah vit cloîtrée dans son appartement new-yorkais quand elle apprend que son bourreau va être libéré sur parole. Dans l’espoir d’apprendre où il a dissimulé le corps de Jennifer et pour enfin tourner la page, la jeune femme décide de se confronter à son ravisseur. À ses risques et périls…

Au bout de la peur est un roman qui aurait pu être très très bien, mais comme les deux premiers livres au-dessus, il m’a manqué un petit quelque chose. Sarah est une jeune femme forte malgré sa peur, elle n’hésite pas à mener sa propre enquête aux côtés des autres victimes de son bourreau. Elle espère de tout cœur retrouver le corps de sa meilleure amie et est prête à tout pour. Malgré l’action et le suspense de certains chapitres, le tout est, au final, assez plat… De plus, j’ai compris assez vite quel allait être le rebondissement final. J’ai par contre bien-aimé les chapitres qui se passent dans la cave quand elles étaient encore séquestrées. Même si ce livre n’a pas été un coup de cœur, j’ai passé un bon moment.

sonnysignature

Publicités